Subscribe
emailSubscribe to our mailing list to get the updates to your email inbox...

Le Maroc veut stimuler la croissance à travers l'emploi des jeunes

La création d’emploi et des richesses a été au coeur des travaux présentés lors de la dernière session du Conseil économique, social et environnemental (CESE) au Maroc. 
"Le Maroc doit faire de la question de l'emploi des jeunes un levier de son développement socio-économique", a déclaré à Magharebia Chakib Benmoussa, président du Conseil, lors d'une réunion organisée le 10 janvier à Casablanca. 
‘‘Notre Conseil reflète la société marocaine, ses défis, ses attentes et ses enjeux dont, entre autre, l’emploi, l’éducation et la formation des jeunes’’, a-t-il ajouté. 
La jeunesse marocaine, qui constitue aujourd’hui environ 40 pour cent de la population du pays, aspire à un avenir meilleur. 
El Orabi Majid et Manhaji Karim, deux jeunes Casablancais, ne cachent pas leur inquiétude par rapport à la problématique de l'emploi. 
"Nous aurons nos diplômes d’ingénierie informatique cette année et nous souhaitons du fond du coeur trouver un emploi. Nous ne pouvons imaginer être au chômage après nos études", affirment-ils de concert. 
Hamza Khadraji, la vingtaine, partage ces préoccupations, en particulier parce qu'elle obtiendra son diplôme en hôtellerie cette année. "Quand je vois que le tourisme au Maroc va mal à cause de la crise économique mondiale, cela me fait de la peine", explique-t-elle. 
Devant un parterre d’hommes d’affaires, Benmoussa a également reconnu l’ampleur et les enjeux de l’économie marocaine. 
"L’action du Conseil se focalise sur deux principaux axes, à savoir la compétitivité de l’économie et la cohésion sociale et les grandes transformations de la société marocaine", a-t-il souligné, avant d’affirmer que le CES recommande une forte implication du public dans la création de l’emploi. 
Nora Talibi, analyste en économie, estime que l’emploi nécessite aujourd’hui des solutions urgentes. 
"Le coût des retards et de l’attentisme ne manquera pas de peser lourdement sur les politiques économiques du pays", explique-t-elle. 
Le Conseil doit "orienter les institutionnels et les décideurs à résoudre la problématique du chômage dans les plus brefs délais". 
Le CES assure également des missions consultatives et de conseil auprès du gouvernement et du parlement, a confirmé Benmoussa. 
Il a expliqué que l'organisme donne ''son avis sur les orientations générales de l'économie nationale et de la formation, sur l'analyse des conjonctures, assurant le suivi des politiques économiques et sociales nationales, régionales et internationales". 
Le CES se penche actuellement sur un nouveau modèle de développement régional pour les provinces du sud, ''un projet qui doit être intégré, durable et créateur de richesses et d'emplois en faveur des populations locales'', a indiqué Benmoussa. 
Dans son rapport présenté en 2012 sur l’emploi des jeunes, le Conseil avait indiqué que l'emploi des jeunes était un problème complexe, nécessitant à long terme des réformes structurelles. 
Dix mesures ont ainsi été proposées pour apporter des réponses qui peuvent aider à redonner confiance à de nombreux jeunes, dont la régulation du marché du travail, l'action sur l'offre et la demande d'emploi. 
Le Conseil considère aussi que l'auto-emploi et la création de très petites entreprises recèlent un potentiel d'emplois important qu'il convient d'encourager à travers une politique spécifique.
POSTULER POUR CE POSTE ET Envoyer Votre CV en 2 minutes

 

Booster Votre Carrière avec HibaJOB.com

Recevoir plus de 4000 offre d'emploi en ligne chaque jour